Club officiel de la race en France. Il est affilié à la Société Centrale Canine. Il gère l'élevage du Jack Russell Terrier et du Parson Russell Terrier.

Le déterrage du blaireau

Le Jack Russell Terrier aime bien la chasse du blaireau, certains le refusent, ceux là sont précieux pour attaquer le renard qui cohabite souvent dans les grandes garennes avec le blaireau, surtout pendant la période du rût en décembre et janvier. Les principes de déterrage sont les mêmes que pour le renard à des détails près qui font toute la différence.

Description du blaireau

L'ouverture de la chasse du blaireau a lieu en général le 15 mai pour se terminer à une date variable suivant les départements. Le blaireau est un animal, mammifère plantigrade du genre mustélidé, plus gros que le renard. Son poids est aux alentours de 2O kg pour une longueur de 7O cm. C'est un carnassier. Il est souvent gros, un peu lourdeau comparé à l'agilité du renard. Sa tête est fine, rayée de noir et de blanc par des soies longues qui recouvrent tout le corps. Le blaireau est puissamment armé. Ses pattes sont pourvues d'ongles tranchants, de véritables rasoirs, constamment aiguisés par le frottement avec la terre et les cailloux qu'il remue avec vigueur pour construire ses galeries sous terre.

Détecter la présence du blaireau

Les garennes de blaireaux sont toujours vastes, étendues en surface mais aussi en profondeur sur plusieurs niveaux, les trous importants débouchent en sous bois où ils sont visibles de loin par l'importance de la terre évacuée à l'extérieur de la garenne. On reconnaît bien la présence du blaireau par la gouttière centrale que son gros ventre laisse dans la terre, par la fraîcheur de la terre remuée, et par l'empreinte de ses pieds où l'on reconnaît la trace des ongles aigus, à l'extrémité des 5 doigts marqués avec l'empreinte d'une plante. C'est un animal propre qui fait ses laissées dans des trous qu'il creuse à cet effet autour de sa garenne et qui trahissent sa présence.

Investir une garenne de blaireau

« Attaquer » une garenne de blaireau c'est d'abord s'assurer du temps nécessaire et commencer tôt le matin ; c'est aussi s'assurer d'une équipe suffisante de déterreurs vigoureux, car en général, la chasse est longue, le plus souvent il faut pouvoir manger sur place. Le matériel est le même que pour le renard, les pinces différent un peu. Un seul chien est lâché sous terre. Il doit être excellent. Le blaireau s'accule difficilement et ne se laisse pas faire.
Il attaque très souvent le chien qui est repoussé par les griffes des pattes antérieures. Si le chien est dominé, le blaireau charge et repousse le Jack Russell Terrier dehors venant presque à la gueule des trous en surface. Ces charges du blaireau sont dangereuses pour le chien qui doit pouvoir reculer très vite. Si bien, qu'en règle générale, il ne faut mettre qu'un seul Jack Russell Terrier sous terre, même si la garenne est grande. En mettre plusieurs, c'est toujours prendre le risque de faire blesser les chiens et ces blessures peuvent être très importantes. Il n'y a pas une seule chasse de blaireau qui ressemble à une autre. Si parfois l'animal dominant ne se laisse pas chasser et renvoie en surface rapidement le chien attaquant, ailleurs il se laisse chasser sous terre, parcourant devant les abois du Jack Russell Terrier toutes les galeries de sa garenne. L'accul est quelquefois introuvable et la chasse dure. D'autres fois, l'accul est rapide et le déterreur a la surprise d'y trouver plusieurs blaireaux.

La prise du blaireau

blaireau-01Lors de la prise, il faut retirer le chien et obstruer la galerie avec une pelle. La particularité du blaireau à cet instant est de vouloir sortir contrairement au renard qui se rapetisse dans son accul. Mettre la tête dans une galerie pour voir la direction à prendre dans ces conditions n'est pas toujours facile ! Il suffit parfois d'attendre que le blaireau vienne en prenant le risque qu'il charge et s'échappe…
La prise du blaireau se fait à l'aide d'une pince plate spéciale pour prendre une patte avant et ne pas blesser. Une autre particularité de la chasse du blaireau est celle d'un possible « contre terrage ». Si les abois du chien ne sont pas suffisant pour obliger le blaireau à faire face, il se retourne, et creuse rapidement l'accul ou la galerie pour mettre entre lui et le chien de la terre remuée rapidement qui finit par faire bouchon. Si le chien n'a pas fait rapidement la même chose, ou s'il n'a pas obligé par ses abois le blaireau à se retourner, la chasse est perdue… faute de combattant…

Repeupler les régions abandonnées

Le renard est répandu en quantité sur tout le territoire français. Ce qui n'est pas le cas pour le blaireau dont les populations sont très inégalement répandues. Inconnus dans certaines régions, ils pullulent dans d'autres. Leur transport après la prise, vers des régions déshéritées, n'est pas chose facile et doit se faire dans l'obscurité où ils sont calmes.