Club officiel de la race en France. Il est affilié à la Société Centrale Canine. Il gère l'élevage du Jack Russell Terrier et du Parson Russell Terrier.

L'histoire du Jack Russell Terrier

Le terrier Jack Russell est une race de terriers actifs. Il doit son nom au pasteur John Russell, qui, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, s'était fait connaître comme éleveur d'une des meilleures lignées de Fox Terriers au Devonshire, en Angleterre.

Reverend-John-RussellLe Pasteur John Russell (1795-1883), à côté de ses activités religieuses, nourrissait une passion pour la chasse aux renards et l'élevage des chiens destinés à cette fin. On raconte que le premier terrier du pasteur John Russell « Trump » (qu'il obtint en 1819) a été la souche de sa lignée de terriers actifs.

Dans l'élevage du Jack Russell, les caractéristiques recherchées renvoient toutes à la chasse du renard : sa couleur, sa constitution, son caractère et son intelligence. Le corps est compact, bien proportionné, avec des épaules bien formées, les pattes droites, et le plus important, une poitrine ramassée (qui doit pouvoir être enserrée aisément dans deux mains de taille normale, sur la partie la plus large, derrière les épaules). Le Jack Russell doit avoir une grande souplesse lui conférant une liberté de mouvement optimale sous terre, pour être en mesure de traquer sa proie dans le terrier, dans les galeries les plus étroites.

Le renard à ce titre fait office de référence pour le Jack Russell. Le terrier doit pouvoir passer où le renard passe.

Si le Jack Russell a été initialement élevé pour la chasse du renard, il n'en est pas moins un terrier polyvalent, convenant pour la chasse au renard rouge ou gris, au raton laveur, à la sarigue ou au rat. Il est aussi employé sur le lapin, le ragondin et le gros gibier en France.

Le Fox terrier, reconnu à la fin du XVIIIe siècle comme race par le Kennel Club, devait au fil des ans, connaître bien des modifications, imposées par les canons de beauté en vigueur dans les expositions. Le chien que nous connaissons aujourd'hui est appelé Fox terrier moderne. Ces modifications, poitrine développée, tête longue et effilée, épaules droites à l'extrême, rendent improbables l'éventualité qu'un Fox terrier conforme au standard actuel de la race, puisse encore suivre un renard au fond de son terrier, même si toutefois, son instinct continue à l'y pousser.

John Russell a fait en sorte de préserver le caractère original de sa lignée de Fox terriers, dont l'élevage était tourné exclusivement vers le but de la chasse. Le terrier que nous connaissons aujourd'hui comme le terrier Jack Russell, présente de ce fait de fortes similitudes avec le Fox terrier d'avant 1900.
Il est intéressant de faire remarquer que John Russell fut l'un des membres fondateurs du Kennel Club anglais en 1873. En 1874, il officiait en tant que juge officiel pour la reconnaissance du premier Fox terrier reconnu par le Kennel Club. Quelle qu'ait pu être la part active prise par John Russell, durant tout le reste de sa vie, dans ce club, il s'est toujours abstenu cependant de présenter ses propres chiens pour une reconnaissance.

Pendant plus d'un siècle, les amoureux des terriers actifs ont veillé à maintenir la lignée du Jack Russell en préservant son authenticité. Ainsi, le Jack Russell s'est tenu à l'écart des évolutions suivies par le Fox terrier du Kennel Club, et se présente aujourd'hui tel qu'il était jadis ; ceci vaut également pour ses qualités de terrier actif.

La préservation de ce patrimoine canin est d'ailleurs l'objectif principal qui anime le Club du J.R.T.

Au cours des dernières années, la reconnaissance du Jack Russell a suscité un engouement croissant. Cet éveil a eu des répercussions favorables dans la mesure où il a permis de promouvoir une constitution correcte de ce corps, conforme au standard de la race. La qualité des chiens d'élevage en Amérique s'en est également trouvée améliorée. La tâche du Club du J.R.T. consiste à veiller à ce que la reconnaissance reste un moyen permettant la préservation de la race, sans jamais perdre de vue que le Jack Russell est destiné avant tout à l'activité, ne devant en aucun cas devenir le jouet des maniaques des expositions. Toute autre attitude conduirait à des modifications dans la constitution du corps, obligeant du même coup le Jack Russell à connaître les mêmes avatars que le Fox terrier original.