Club officiel de la race en France. Il est affilié à la Société Centrale Canine. Il gère l'élevage du Jack Russell Terrier et du Parson Russell Terrier.

Épreuve de travail au terrier naturel

Le règlement de travail au terrier naturel

Ce règlement est applicable aux Parson et Jack Russell Terrier, pour les épreuves organisées par le Club du Jack Russell Terrier.

  1. Les modalités administratives, et d'organisation sont les mêmes que pour les épreuves au terrier artificiel.
  2. Le Jack Russell Terrier ne peut concourir à ces épreuves qu'à partir de l'âge de 18 mois.
  3. L'animal de chasse est le renard ou le blaireau.
  4. Pour le bon déroulement du concours, l'organisateur veillera à proposer au jury de l'épreuve et aux concurrents des terriers habités, pas trop distants l'un de l'autre et présentant des difficultés semblables en ce qui concerne la texture du sol, la superficie de la garenne et sa profondeur et ce autant que faire se peut.
  5. Les épreuves se dérouleront sur des terrains privés avec l'autorisation du propriétaire du droit de chasse pendant la période d'ouverture légale d'ouverture du déterrage sous terre. Les épreuves ne sont pas publiques. Les personnes désirant suivre le concours doivent en obtenir l'autorisation auprès du jury de l'épreuve.
  6. Chaque concurrent doit s'assurer d'une équipe possédant le matériel nécessaire au déterrage de son chien. Cependant, l'organisateur doit s'assurer le concours d'équipages locaux prêts à leur prêter mains fortes à tout moment.
  7. La durée de l'épreuve pour chaque concurrent est fixée par le jury avant le début du concours, en fonction du nombre des inscriptions, entre 3O minutes et 1 heure. Passé ce délai, le jury peut se faire aider d'un garde assermenté, ou d'un assesseur, ou d'un chasseur aux compétences reconnues, qui restera sur place avec l'équipe de déterrage et qui informera le jury à postériori sur la poursuite du déterrage et sa conclusion.
  8. L'ordre de passage des chiens et l'attribution des garennes respectives se font par tirage au sort publique.
  9. Le jury de l'épreuve composé au minimum d'un juge qualifié et d'un stagiaire peut être multiple et collégial et se faire aider de plusieurs assesseurs.
  10. Problème de la garenne apparemment vide :

La garenne sera déclarée vide après le passage de 3 chiens successifs qui ne trouvent pas. Ces 3 chiens seront alors repris sur une autre garenne et dans le même ordre.

Si un chien trouve et chasse après le passage d'un précédent chien qui n'a pas trouvé, ce dernier est éliminé.

Déroulement de l'épreuve

Sur une garenne manifestement habitée.

1 - Recherche extérieure de la bouche la plus odorante

Le chien, tenu en laisse, est placé sous les ordres du jury. Après l'inspection de la garenne, le conducteur place son chien sous le vent de la garenne et le lâche à la demande du jury. Lâché, le chien doit très vite faire l'inspection des trous les plus odorants, en choisir un et rentrer sous terre sans hésitation. Durant cette période, il peut être discrètement encouragé par son conducteur.

Points forts
  • Choix rapide de la bouche la plus odorante avec passion évidente.
Points faibles
  • deterrageInspection molle et sans passion de la garenne.
  • Entrée hésitante au terrier.
  • Sortie rapide sans inspection.
  • Le refus d'entrée au terrier est éliminatoire passé un délai raisonnable.
  • Le chien perd des points si le maître est obligé de le conduire au trou et/ou de l'encourager beaucoup.

2 - Exploration et prise de contact

La recherche sous terre dans la garenne doit être rapide et silencieuse jusqu'à l'animal de chasse. La prise de contact doit se manifester le plus tôt possible par des abois énergiques et soutenus dont la puissance et la cadence doivent forcer l'animal de chasse à fuir vers l'accul.

Points forts
  • Recherche rapide, silencieuse et fructueuse.
Points faibles
  • Recherche hésitante sans passion.
  • Chien bavard sans raison.
  • Recul à la prise de contact.

3 - Poursuite et harcèlement jusqu'à l'accul

Si l'animal de chasse est dominé, il recule devant les aboiements du chien jusqu'à son accul qu'il va défendre à une certaine distance en amont. Pendant cette chasse, le chien doit garder le contact par des abois soutenus, les grognements sont admis. S'il perd le contact, la poursuite se fait silencieuse jusqu'au prochain contact où les abois reprennent violemment. Le chien doit pouvoir passer partout où passe l'animal de chasse.

Points forts
  • Chien dominant jusqu'à l'accul.
Points faibles
  • Lenteur de la poursuite.
  • Manque d'énergie aux prises de contact.
  • Reculs progressifs sur les attaques de l'animal de chasse.

4 - Tenue à l'accul

Une fois à l'accul, l'animal de chasse doit y être maintenu par la fermeté du chien qui le domine par des abois soutenus et cadencés. Il doit résister aux attaques de l'animal de chasse en reculant puis en contre-attaquant. La prise n'est pas recommandable, elle peut avoir lieu sur une attaque de l'animal. Le jury appréciera à quelle distance a lieu le ferme par rapport à l'animal de chasse et par rapport à l'accul.

Points forts
  • Ferme inébranlable malgré les attaques.
Points faibles
  • Recul par lassitude ou sur les attaques de l'animal de chasse.
  • Manque d'énergie dans le harcèlement.
  • Besoins d'encouragements excessifs de la voix.
  • Rupture du contact et retour.

5 - Saut de l'animal de chasse

Le renard saute volontiers hors du terrier de décembre à janvier. le blaireau saute plus rarement. Le saut de l'animal de chasse provoqué par le travail du Jack Russell Terrier est un excellent travail qui peut se voir attribuer le C.A.C.T.. Le jury appréciera qu'il ne s'agit pas d'un animal fuyard, mais qu'au contraire le saut a été provoqué par un travail de recherche, de poursuite, de harcèlement et d'abois soutenus. S'il y a eu accul, certains chiens sont habitués à rompre l'accul quelques instants pour permettre la "refuite" du renard et le harcèlent à nouveau jusqu'au bout. Le jury appréciera que cette rupture soudaine d'accul ne s'est pas faite par lassitude mais bien par tactique passionée du Jack Russell Terrier.

6 - Timbre et cadence de la voix

La voix doit être nette, sonore, le plus audible possible. Elle permet la localisation du chien sous terre et son déterrage. Sa cadence indique les divers moments de la chasse. Elle augmente violemment à la prise de contact où sur les attaques de l'animal de chasse, pour devenir plus régulière et moins rapide à l'accul quand il se prolonge, le rythme restant cependant régulier pour éviter que l'animal de chasse ne se retourne et creuse.

Jugements

Principes

Attribution du qualificatif
  • Excellent : 125 à 150 points.
  • Très Bon : 100 à 124 points.
  • Bon : 75 à 99 points
Attribution du C.A.C.T.
  • à partir de 150 points.

Méthode d'attribution des points
  • Recherche par le chien de la bouche habitée : 15 points
  • Exploration, prise de contact : 30 points
  • Mise à l'accul : 35 points
  • Tenue à l'accul : 45 points
  • Voix et cadence : 25 points