Club officiel de la race en France. Il est affilié à la Société Centrale Canine. Il gère l'élevage du Jack Russell Terrier et du Parson Russell Terrier.

Épreuve de travail du broussaillage

Le règlement de travail du broussaillage

Principes et objet

Le caractère et la morphologie des variétés Parson et Jack Russell sont avant tout et initialement adaptés à la chasse sous terre. Ces qualités qui lui permettent un travail efficace sous terre sur renard sont les mêmes que celles requises dans un roncier épais sur un sanglier.
Pour éviter toute déviance anatomique possible vers des chiens plus charpentés, plus véloces, à la cage thoracique plus développée que pourrait induire cette pratique, le Comité du Club du Jack Russell Terrier a décidé :

  • qu'aucune récompense dans cette discipline n'ouvrait droit à la classe Travail en exposition.
  • que pour être Champion de Broussaillage un Excellent au terrier artificiel sur renard était nécessaire.

Territoire

Cette épreuve ne peut avoir lieu que dans un territoire de chasse de bois ou de landes offrant une densité correcte de gibiers ongulés ; suffisamment percé pour permettre des jugements commodes, suffisamment dense pour permettre des remises à gibier. Puisqu'il s'agit de juger et non de chasser, l'épreuve peut se dérouler dans un enclos de taille raisonnable, permettant de bons jugements. Le rapport des juges indiquera précisément la nature du terrain.

Déroulement de l'épreuve

Deux juges (nommés par la S.C.C.) au minimum sont nécessaires dont un qualifié. Le jury peut se faire aider d'élèves-juges ou de chasseurs reconnus.
L'un des juges suit le conducteur et le chien. Les autres se placent.
Le conducteur attaque l'enceinte en compagnie de son chien qu'il peut appuyer sans excès au cours de la quête. Il doit par contre rester muet dès les premiers abois du chien et le laisser travailler.

Jugements

1. Le Jack Russell Terrier doit prouver sa hardiesse mais aussi sa gentillesse et sa dévotion à son maître même dans l'action.
2. Le Jack Russell Terrier doit chasser pour son maître et en complicité avec lui : à travail égal, il faut privilégier celui qui est fait pour le maître et donc à son contact en pénalisant tout instinct d'indépendance excessive ou tout individualisme exagéré même s'ils traduisent la passion et favorisent une certaine efficacité.

Points essentiels

sangliers en sous boispoursuite de sanglierLe Jack Russell Terrier est un :

  • Quêteur de proximité.
  • Aboyeur au ferme.
  • Meneur à vue.
  • Hardi et gentil.

Quêteur de proximité

La présence du conducteur lors de l'épreuve est non seulement autorisée mais souhaitable. Cependant, le juge ne prendra en compte que le travail de quête active du chien et non celui du maître dont la présence motivante pour le chien ne doit en aucun cas être indispensable à son travail qui ne doit pas être celui d'un assisté.

Aboyeur au ferme

Tenace et prudent, ses abois sont soutenus et passionnés. Pas nécessairement au contact : 4…5 m, voire plus pour se rapprocher progressivement par un harcèlement tous azimuts (une attaque sans sommation ou un ferme trop bref doit être aussi pénalisant qu'une prise sans travail d'accul préalable en épreuve au terrier).

Un ferme statique étant équivalent à un accul dans la galerie sans tentative de poussée vers la maire.
L'intervention du conducteur pour faire démarrer l'animal est interdite et doit être sanctionnée sévèrement, car elle ne laisse pas la possibilité de juger la durée de tenue au ferme du chien (avant rupture ou avant attaque) ni la méthode employée pour mettre sur pied l'animal.
Le ferme se fera donc sans appui du maître, pas même vocal. Sa seule présence muette devant contribuer à intensifier l'ardeur du chien et non la calmer.

Meneur à vue

Chien de petit pied, il est destiné à la chasse sur des territoires limités, à végétation dense.
Les poursuites doivent être brèves, derrière les animaux ayant pris le parti de fuir. Il est donc normal, donc non pénalisant, que le chien décroche dès que distancé. C'est même une qualité à rechercher : c'est l'apanage du Jack Russell Terrier que nos jugements doivent privilégier.
Après avoir trouvé, harcelé puis levé, l'animal de chasse, il doit lui faire franchir la ligne sans poursuite inutile, très au delà de celle-ci.
La menée sur la voie, à voix, travail propre au chien courant, n'est donc pas à rechercher.
Par contre un retour anticipé sur un animal lent et n'ayant pas pris son parti est rédhibitoire.
Au retour d'un chien ayant décroché sur un animal de chasse fuyant, ayant sauté et dans la mesure où les phases précédentes ont prouvé sa hardiesse, il ne sera pas nécessaire de poursuivre le parcours. Il lui sera attribué la note maximum : le but recherché ayant été atteint.

On pourra par contre reprendre la quête jusqu'à nouvelle rencontre si l'abandon a semblé trop rapide.

Il appartient aux juges évidemment de vérifier que l'abandon n'est pas intervenu alors que le chien était encore en contact visuel avec l'animal de chasse non lancé, ce qui exclurait de reprendre la quête et le pénaliserait au maximum.

Hardi

Et non peureux, surtout dans l'action. Le comportement au coup de feu se fera individuellement, en cours d'épreuve à l'occasion du ferme ou d'une menée passant à proximité du juge. La réaction doit être inexistante. Si le chien cesse son action, il doit être sanctionné, non seulement par un " 0 " dans la rubrique " comportement au coup de feu " mais pénalisé également dans la phase (ferme ou poursuite) au cours de laquelle il a failli à son devoir de hardiesse et de persévérance.

Gentil

Donc obéissant. Il n'est pas question d'espérer ou d'envisager de faire décrocher un chien au ferme, ce qui dénoterait, un manque de passion certaine et pénalisable. Mais le retour sur appel du maître doit être rapide lorsqu'il n'est plus en présence de l'animal de chasse ou qu'il ne semble plus être en phase active de contact, concrétisée par des abois. Toute fuite intempestive et retour tardif sans raisons doivent sanctionner et pénaliser le concurrent, à travail égal par ailleurs.


broussaillage 03Au total

Sont pénalisables :

  • La hardiesse combattive relevant de l'agressivité.
  • L'indépendance excessive.
  • Le manque de passion ou la peur.

Pour favoriser un chien de travail à l'usage direct de son maître, donc à rayon d'action restreint pour une utilité permanente et rapprochée.

Le jugement

  • Comportement lors de la quête, persévérance dans la recherche : 45 points
  • Lancé et voix : 30 points
  • Tenue au ferme, débuché, poursuite : 60 points
  • Comportement au coup de feu : 15 points

Le classement

  • Qualificatif Excellent : 125 à 150 points
  • Qualificatif Très Bon : 100 à 124 points
  • Qualificatif Bon : 75 à 99 points
  • Mention Honorable : 50 à 74 points


Le C.A.C.T et le C.A.C.I.T sont donnés à 150 points : Ils peuvent être multiples.
Le T.T.B. (sigle de chasse sur terre et de broussaillage) est donné entre 140-150 points et peut figurer sur le pedigree.